Citation littéraire expliquée: « Mon pauvre cœur est un hibou Qu’on cloue, qu’on décloue, qu’on recloue.» - Livres PDF de FrenchPDF Télécharger livres pdf
Navigation

Citation littéraire expliquée: « Mon pauvre cœur est un hibou Qu’on cloue, qu’on décloue, qu’on recloue.»

« Mon pauvre cœur est un hibou Qu’on cloue, qu’on décloue, qu’on recloue. » Guillaume Apollinaire, Le Bestiaire, « Le Hibou », 1913.

Écrit en 1911, Le Bestiaire ou Cortège d’Orphée fut publié en 1913, en même temps que le recueil Alcools. Il est illustré de la reproduction de gravures sur bois de Raoul Dufy. Apollinaire y renoue avec la tradition, très ancienne, des bestiaires, et la renouvelle. Comme l’indique le titre, il évoque, en plus d’animaux, réels ou imaginaires, la fi gure légendaire du poète Orphée, justement capable de parler aux bêtes et aux éléments. Dans « Le Hibou », il ne peint pas un animal pour lui donner une valeur symbolique, il renverse subtilement les habitudes et évoque, en un quatrain fondé sur une métaphore et une assonance imitative, son cœur, semblable à un hibou : « Mon pauvre cœur est un hibou/Qu’on cloue, qu’on décloue, qu’on recloue/De sang, d’ardeur, il est à bout./Tous ceux qui m’aiment, je les loue. » Le lyrisme est simple, presque populaire, à l’image de l’humble animal à travers lequel le poète se peint en martyr. Pourtant, dans l’évocation de la souffrance, c’est une figure christique qui s’impose en filigrane. La métaphore pathétique correspond bien à l’image que le poète aimait à donner de lui-même, amoureux éternellement malheureux et blessé par la vie.

Share

Poste un commentaire: