Pourquoi conjuguer ? - Livres PDF de FrenchPDF Télécharger livres pdf
Navigation

Pourquoi conjuguer ?

Pourquoi conjuguer ? 

L’apprentissage de la conjugaison est relativement récent. Les frères Bescherelle ont écrit leur première grammaire vers 1838. C’est àcette époque que se multiplient les traités de conjugaison. Ces manuels se substituent aux traités de concordance des temps qui existaient jusqu’alors. En effet, l’école, se démocratisant, se préoccupe moins de l’emploi du subjonctif imparfait que d’enseigner comment on orthographie les verbes.
Le verbe présente pour les enfants, et pendant longtemps, des difficultés de reconnaissance et d’emploi. Dès la deuxième année d’école élémentaire, l’art de la conjugaison est enseigné comme une discipline à part entière. Loin de nous l’idée qu’il ne faille pas apprendre à conjuguer ! Mais on peut s’interroger sur les raisons de cet enseignement et sur sa mise en œuvre.
Autour du verbe se cristallisent essentiellement deux types de problèmes.
La reconnaissance comme classe de mots (on disait jadis « nature ») permet d’écrire la forme verbale selon des principes orthographiques plus ou moins complexes. L’emploi des verbes, en particulier au niveau
des temps, exige de respecter des principes énonciatifs (dans quelle situation se produit un énoncé : qui parle ? À qui ? Où ? Quand ?). Dans le chapitre sur la chronologie1, nous avons montré comment aborder le verbe comme repère temporel ; dans le chapitre sur le sujet, nous avons expliqué comment travailler cette relation marquée morphologiquement sur le verbe. Nous allons ici proposer un autre regard sur la conjugaison. Il est essentiel de veiller à ce que les observations sur les verbes soient toujours contextualisées afin de rappeler que l’emploi d’un temps est conditionné par l’énonciation, que l’orthographe du verbe dépend et du temps employé et du sujet. Les pronoms de conjugaison (surtout ceux de 3e  personne) employés hors contexte rendent invisible le lien entre le sujet et le verbe.
Les difficultés orthographiques que soulève le verbe sont excessivement nombreuses en raison de la diversité des formes, des irrégularités, de la très grande différence entre les formes orales et les formes écrites. L’apprentissage de la conjugaison tente d’apporter une aide à la résolution de ces difficultés.
La progression traditionnelle que l’on trouve dans les manuels de grammaire – et sur laquelle nous émettons des réserves – est claire : on définit rapidement le verbe, on structure l’axe du temps pour y superposer les temps de la conjugaison, on fait apprendre les différentes formes temporelles. Cet apprentissage doit permettre aux enfants de mieux reconnaître le verbe protéiforme. Cette simplicité cache des obstacles cognitifs (de compréhension) et linguistiques (par rapport au savoir théorique) que nous allons analyser.
Source: 1 .
Share

Poste un commentaire: